Nous sommes dans une société hyper-connectée où l’information se trouve partout.
Les rédacteurs ont donc un choix d’articles très large dans lesquels ils peuvent trouver de l’inspiration nécessaire au développement de leur entreprise. Nous allons faire un petit tour d’horizon et voir les médias les plus influents.
Actuellement les décideurs ont un choix de moyens d’information très importants qu’ils peuvent exploiter, que ce soit les réseaux sociaux, la presse papier, la télévision, la radio, les forums, … l’inspiration est partout.
Nous allons prendre exemple sur une récente étude menée par la société Hotwire qui décrypte les comportement des rédacteurs. Réalisée auprès de 1200 personnes, toutes issues des domaines de la communication,  du marketing et de l’informatique, auprès de grandes agences se trouvant en France, en Allemagne, en Espagne, en Australie, aux États-Unis et également au Royaume-Uni
 
 

Les Réseaux sociaux sur le podium !

 
C’est bien évidemment à eux que l’on pense lorsque que l’on recherche des idées. Et c’est effectivement le cas pour 72% des sondés. C’est une avancée importante de 11 points quand on sait que l’année précédente, le résultat était de 61%.
Cependant tout le monde n’utilise pas le même réseau. Par exemple, Dominique Crepy, directeur de la communication interne et institutionnelle du groupe Les Mousquetaires, est un adepte de Twitter : « C’est une application qui offre des perspectives intéressantes sur les problématiques du secteur. Il permet également, grâce aux listes, d’avoir un regard rapide et global sur n’importe quels sujets. »

D’autres personnes en revanche sont plus attirées par le réseau Linkedin, comme le démontre Jean-Marc Bernardini, responsable de l’unité « communication interne et corporate » du groupe RATP : « Bien que j’utilise aussi Twitter, j’aime passer du temps sur LinkedIn afin de me tenir au courant aussi bien sur mon entreprise que sur mes concurrents. »

Toujours selon l’étude, Linkedin est le réseau le plus valorisé, car la moitié des personnes sondées y auraient recours pour faire un choix et prendre une décision !

 

Faire attention aux Fake News !

Il est vrai qu’à force de prendre inspirations sur les réseaux sociaux, on peut se poser la question de la véracité et de la crédibilité des informations que l’on est entrain de lire. C’est un vrai travail de journaliste que de vérifier ses sources et de proposer à ses lecteurs un sujet que l’on sait de « sources sures ».
Dominique Crepy confirme d’ailleurs cette hypothèse, comme quoi « Lorsque je prends un grand titre de presse nationale ou régionale, j’ai pour habitude de lui faire confiance. »
C’est aussi ce que démontre les résultats de l’étude, car en France, 8 personnes sur 10 font confiance aux médias traditionnels.
Pour les 2 personnes restantes, il faut recouper les informations et aller vérifier les sources, faire le même travail que ferait un rédacteur d’agence de presse de double-sourcer l’information. Il faut également prendre en compte la part hypnotique du flux d’actualité. Dominique Crepy et Corine Waroquiers, sont en accord sur ce point :  »  Avec la viralité des réseaux sociaux nous finissons par être piégé par l’émotion, à en être comme prisonniers « , « Le pitch remplace petit à petit la présentation classique. »

C’est exactement ce dont on vous parle quand on vous explique qu’il faut raconter une histoire dans ses articles. C’est l’émotion qui suscite l’intérêt du lecteur ! Quelle qu’elle soit il faut transmettre quelque chose dans vos articles. Que ce soit de l’humour, de la peur, de l’amour, … Faire une Storie Telling

Faire fonctionner sa veille

il est important d’avoir une vielle qui fonctionne si l’on veut avoir des articles avec du contenu. Certains prestataires comme Lexisnexis ou encore l’Argus proposent, depuis quelques années, de fournir leur base de donnée afin d’argumenter l’autonomie des rédacteurs.
Chacun effectu sa veille de façon différente, pour Dominique Crepy, elle va se faire en 6 temps : « Je m’informe d’abord sur ma propre entreprise, puis sur les problématiques du secteur, sur mes concurrents, sur les problématiques des entreprises, sur le développement durable et la RSE et enfin sur ce que j’appelle les surprises, c’est-à-dire ce qui n’est pas directement en lien avec le secteur mais qui peut être intéressant à savoir. »

De plus, nous sommes dans une évolution constante en terme de présentation et la vidéo commence à prendre une part importante à la transmission d’informations. Effectivement, une vidéo d’une minute que l’on regarde sur les réseaux sociaux, et qui nous fait passer les grands titres d’un article, nous fait gagner du temps.

Il faut se rendre compte que notre façon d’assimiler des informations à également évoluer, notre temps de concentration sur un article se réduit, et changer le format de lecture nous permet d’être attentif à toutes nouveautés.

Si vous avez une façon différente de fonctionner, venez nous en faire part !

Christophe